ROGER LELOUP - DECORS - INTERVIEWS

Roger Leloup

ROGER LELOUP
Né le 17/11/33 à Verviers (en Belgique) Roger Leloup fit ses études d'arts décoratifs et de dessin publicitaire aux Instituts St Luc de Verviers et de Liège.
Il aborda la bande dessinée en 1950 devenant l'assistant de Jacques Martin en 1950 (pour la mise en couleurs et les décors d'Alix). Il entra aux studios Hergé le 15 février 1953 pour y travailler aux aventures de Tintin.


Roger Leloup On lui doit en particulier le dessin et les aménagements du jet du milliardaire Carreidas dans Vol 714 pour Sydney et la modernisation des véhicules dans l'Ile Noire. Continuant à assister Jacques Martin, il dessine à cette même époque les décors d'Alix (le jeune et blond héros gaulois) et de Lefranc (l'également jeune et blond journaliste aventurier).
Parallèlement, de 1954 à 1957, il conçoit de nombreuses planches techniques dans l'hebdomadaire Tintin, auxquelles on pourrait ajouter la fiche technique du Carreidas 160 Jet, parue en décembre 1966, ainsi que quelques chroniques sur le modélisme, proposées dans la version belge de l'hebdomadaire.
Leloup travaillait alors depuis 15 ans chez Hergé. Fin des années 60, ce dernier ne produisait plus beaucoup. Leloup dessinait mais s'occupait également des relations publiques et préparait des dossiers de presse pour Hergé. Il sentit peu à peu le besoin, un peu comme un enfant voulant voler de ses propres ailes, de s'exprimer à travers ses propres histoires.


Roger Leloup Il chercha à travailler pour d'autres auteurs, notamment avec Francis pour lequel il joua les "décoristes" dans les "Aventures de M. Bouffu" et "Les Penseurs de Rodin" de 1966 à 1968 (dans J 2 Jeunes, le Soir Illustré et Spirou). Il collabore également à "Jacky et Célestin", série créée par Peyo ainsi qu'à une histoire des Schtroumpfs.


Antenne 2Peyo lui proposa ensuite de reprendre "Jacky et Célestin" sous son propre nom. Dans cette histoire se trouvait une petite fille qu'il avait créée pour qu'elle joue la charnière entre ses héros et un Japonais pas très sympathique. Il lui avait adjoint une petite soeur qui s'appelait Yoko... C'est en dessinant ce personnage féminin que Leloup se rendit compte qu'il l'intéressait. Il remplaça donc Jacky et Célestin par Vic et Pol, dans l'intention de créer des aventures fantastiques. Il comptait adjoindre Yoko à la série pour lui donner un côté charme.
Mais petit à petit, il s'est attaché au personnage de Yoko...

J'ai reçu l'image ci-dessus de Theo Jakiemów, elle a été prise durant une émission sur Antenne 2.

Yoko et IngridIl lui donna un métier, électronicienne, et un nom, Tsuno (au début, il comptait l'appeler Yoko Shirushi, mais ça sonnait moins bien)... Il quitte les studios Hergé le 31 décembre 1969.
Peyo, le "père" des Schtroumpfs, l'encouragea et le présenta à un autre "vieux loup" de la bande dessinée, Maurice Tillieux. Ce dernier le poussa à voler de ses propres ailes avec une histoire de Yoko Tsuno comme héroïne (cette fois dans Spirou, en 1973) à laquelle il se consacre entièrement depuis lors.


Le dragon de Hong KongLeloup, en s'inspirant de la réalité scientifique actuelle et d'avant-garde, travaille avec une rigueur et une précision sans pareilles. Sa documentation est particulièrement soignée et étudiée au préalable : consultation d'ouvrages ou de personnalités du monde scientifique, déplacements personnels dans des décors naturels et réels. Tout ce qu'il décrit est du domaine du réel ou du possible... Mais tout est "étudié" au préalable... sur des bases existantes... Il ajoute à cela une note de fantastique que lui inspire l'histoire ou la légende. Il est marqué par l'école réaliste de Hergé, pour lequel Leloup a une admiration sans borne (il dessine Yoko d'abord nue, l'habille ensuite comme quand il dessine une carlingue d'avion...). "J'ai pris à Hergé son plus gros défaut : la maniaquerie. Mais également le fait de croire en son personnage. Je crois en Yoko comme lui croyait en Tintin. C'est ce qui fait que le lecteur peut y croire aussi".

Ci-dessous Roger Leloup avec Caroline Arssenault qui avait gagné un concours d'imitation de Yoko au Canada.
  Roger Leloup et Caroline Arssenault Caroline Arssenault


Yoko, Ben et PaulIl procède au découpage, au croquis, à la mise au net, au coloriage, au lettrage, avec une précision et une conscience qui font de ses bandes dessinées des joyaux ! Son dessin est net, précis, sans bavures et, en même temps, plein de vie et de mouvement. "J'ai une formule qui résume ma vision du métier : je ne suis pas ingénieur, mais j'essaie de me montrer ingénieux".
En 1989, pour les éditions Duculot, il écrit son premier livre de science-fiction, "Le Pic des ténèbres", puis un autre roman deux ans plus tard (consacré cette fois à Yoko Tsuno).

Les décors de la démesure

L'Ecosse De ses quinze années passées aux côtes d'Hergé, Roger Leloup a retenu l'importance de décors précis pour la crédibilité d'une bande dessinée réaliste. "Ma formation est celle de décorateur. Le plus difficile a été d'harmoniser le style des personnages avec celui des décors.


BateauMais dès le second album, c'était fait. "Sur Terre les véhicules empruntés par Yoko sont, au boulon près, la représentation de modèles existants; les façades des maisons, les intérieurs, les monuments sont inspirés d'architectures que l'auteur a pu étudier sous tous les angles, photographier ou filmer. Parfois, il a même été jusqu'à construire des maquettes pour obtenir plus de liberté dans le choix des plans.


Immeuble surréaliste"Lorsque je réalise des histoires de science-fiction, je n'ai rien devant les yeux. Tout est dans ma tête et je puis donc laisser libre cours à mon imagination. Mais lorsque je reviens sur Terre, tout doit être précis, documenté. Et c'est là que commencent véritablement les problèmes: la recherche de tous les éléments dont j'aurai besoin." Les superbes images de nature installent l'ambiance, ponctuent l'aventure: panoramas, violentes scènes d'orage ou, au contraire paisibles couchers de soleil. Mais c'est dans les scènes de démesure, qui ramènent l'homme à sa juste valeur, qu'il montre l'ampleur de son talent. Avec la cité du guide suprême de Vinéa, la cité de Syrhâ sur Ixo, la ville satellite Kifa ou encore l'orgue du diable dans sa crypte, ce sont de véritables prouesses graphiques, de pure imagination, que Roger Leloup a réalisées. "Quand j'imagine des décors, je dessine ce que j'aime", conclut-il.

Maquette (photo Branca Heus) Voivi une maquette construit par Roger Leloup.

Il y a aussi un petit livre concernant "Roger Leloup, à Propos de Yoko Tsuno", écrit par Stephan Caluwaerts et André Taymans, ISBN 2-930348-01-1 éditié en avril 2001.


Interviews de Roger Leloup

Image interview Roger Leloup par Public Senat Interview émouvante de Roger Leloup pour l'émission "Un monde de bulles" de la chaine Public Sénat (télévision française). Il y retrace son parcours du salon de coiffure de son père à Yoko via Jacques Martin et Hergé. Il y parle de l'intensité, du doute de la création, du métier de la bande dessinée. Il mentionne enfin l'album à venir.
(14/12/2007, 28 minutes)

Reportage RTBF
Reportage de la RTBF pour la sortie du "maléfice de l’améthyste"
(11/11/2012, 2 minutes 21)

Interview Ilse
Interview de Roger Leloup par Ilse
Interview Actua BD
Interview de Roger Leloup par Actua BD
(page 1, page 2, page 3)
Interview Ket Paddle
Interview de Roger Leloup sur Hergé par Ket Paddle
(1ere partie, 2nd partie)
Interview Spirou
Interview de Roger Leloup dans Spirou pour la prépublication du "Secret de Khâny"
(1ere partie)

Reportage RTBF
Reportage de la RTBF pour la sortie du "Secret de Khâny"
(15/06/2015)

Reportage TeleVesdre
Reportage de TéléVesdre pour la sortie du "Secret de Khâny"
(9/07/2015)

Reportage AZ-ZA.be
Reportage d'AZ-ZA.be pour la sortie du "Secret de Khâny"
(27/08/2015)